0Cart
  • Votre panier est vide.

Margiela, les années Hermès

3 avril 2018

3.04.2018 – 11h07 : Visite privée de l’exposition « Margiela, les Années Hermès » dans le cadre de Art Paris, mon pass VIP permet d’avoir accès aux différentes expositions parisiennes du moment pour mon plus grand plaisir, je ne vous le cache pas…

De la couleur (orange : mythique d’Hermès), de la douceur (des matières) contrastées avec les lignes très « rock » et intempor’Elles du design des différentes collections présentées. Du cuir aussi, si sexy, des bottes, Le Sac Kelly (que j’aime tant), un bracelet, des talons aiguilles pailletés comme une boule à facette pour accompagnée une veste « disco », une bande son « Arty », l’exposition passe (trop) vite… Nous en voudrions encore !

Cette exposition au Musée des Arts Déco est inédite. Elle met en lumière la collaboration aussi surprenante que féconde entre la maison Hermès et le créateur Martin Margiela, de 1997 à 2003. 120 silhouettes accessoirisées dialoguent entre elles, donnant un rythme bien particulier à cette exposition qui mélange les styles des collections, la musique, une scénographie et la direction artistique assurée par Martin Margiela lui-même. A voir jusqu’au 2 septembre 2018 au Musée des Arts décoratifs à Paris.

Un peu d’histoire ?

(1988) La Maison est fondée par le créateur belge Martin Margiela et impose un unique code vestimentaire à l’ensemble du personnel : l’uniforme ‘blouse blanche’ est adopté et se présente non seulement tel un élément fédérateur du ‘collectif créatif’ mais aussi tel un hymne aux anciens ateliers de Haute Couture. Les quartiers généraux sont entièrement peints de blanc ; ses meubles recouverts de draps en coton blanc.

La première collection de prêt-à-porter féminin est présentée le 23 octobre. Une identité visuelle singulière est définie en contrepied aux tendances prédominantes de l’époque : des silhouettes longues et élancées sont arborées par des mannequins masqués. Chaque pièce est munie d’une étiquette entièrement blanche, retenue par quatre points de couture, aisément amovibles pour le plus complet anonymat.

(1994) La collection ‘Barbie’ automne-hiver 1994 introduit le concept de ‘Replica’ en reproduisant et en agrandissant des vêtements de poupée afin qu’ils siéent à une taille humaine. Depuis 1994, des vêtements et accessoires collectés autour du monde continuent d’être reproduits et intégrés aux collections saisonnières selon le concept de ‘Replica’.

Le t-shirt charity AIDS porte le texte : « THERE IS MORE ACTION TO BE DONE TO FIGHT AIDS THAN TO WEAR THIS T-SHIRT BUT IT’S A GOOD START (Pour combattre le sida, il y a beaucoup d’autres initiatives à prendre, mais porter ce t-shirt est déjà un bon début) ». Un pourcentage des ventes est reversé à l’association française ‘AIDES’.

 

(1997) L’étiquette immaculée de la maison est rejointe par une nouvelle étiquette : marquée en noir de numéros allant de 0 à 33, le chiffre entouré indique la ligne à laquelle le vêtement correspond.

Lancement de la Ligne 6, plus tard renommée MM6 – La Ligne Contemporaine pour femmes. MM6 envisage les codes féminins et décontractés de façon anticonformiste à travers des coupes contemporaines et des imprimés que l’on retrouve dans ses collections féminines, ses chaussures, accessoires et sa maroquinerie. Un unique point de couture horizontal, visible depuis l’extérieur de la pièce, attache l’étiquette MM6 à chacune des créations.

 

Lire la suite ici